Les armes n’ont pas comme seule vocation la guerre, l’attaque, ni la défense. Les armes peuvent être utilisées à des fins de loisirs ou sportives. Le tir est d’ailleurs le troisième sport individuel, après le tennis et le golf. C’est un sport d’agilité et de précision qui se pratique dans des lieux dédiés, depuis l’apparition des premières armes de tir, appelées aussi « lanceurs » : la fronde, l’arc, l’arbalète. À la Renaissance, le tir sportif se pratiquait dans des « sociétés », ouvertes aux militaires et aux civils, armés d’un arc ou d’une arbalète. Aujourd’hui, il est pratiqué dans des clubs et des stands de tir, avec une arme à feu ou à air comprimé. Le tir était également pratiqué comme un entraînement en vue de préparer les guerres. Il compte aujourd’hui une grande variété de disciplines, dont plusieurs sont intégrées aux Jeux olympiques dès 1896 (ces dernières sont gérées par l’International Shooting Sport Federation [ISSF]. En France, il est régi par la Fédération française de Tir [FFTir], qui recense environ 200 000 licenciés répartis dans 1600 clubs différents. Du fait de cette grande diversité de disciplines, l’arme utilisée doit répondre non seulement aux besoins impliqués par chaque discipline, mais également aux besoins spécifiques des tireurs.

Les armes de tir sportif

Considérée comme l’arme universelle de tir sportif, la carabine à plomb est l’arme imposée dans l’épreuve carabine 10 mètres aux jeux olympiques. Elle tire sa popularité de ses nombreuses déclinaisons possibles et de l’ampleur des gammes proposées par les constructeurs, s’adaptant facilement aux besoins et aux goûts des tireurs sportifs et des amateurs d’armes et de tir. Cliquez ici pour voir un exemple. La carabine à plomb est une arme à air comprimé. Dans la classification française des armes, ce type d’arme figure dans la catégorie D [A, B, C, D dans l’ordre décroissant du niveau de dangerosité]. Les armes à feu de calibre limité [de catégorie B] sont également utilisées dans le tir sportif et le tir de loisir. Elles sont soumises à autorisation, contrairement aux armes de catégorie D. Aux Jeux olympiques, leur puissance est limitée en fonction des besoins de l’épreuve, en règlementant le calibre ou la détonation des munitions [cartouches à percussion annulaire pour moins de puissance ; cartouche à percussion centrale pour plus de puissance].

Où trouver des armes de tir

Les armureries proposent et vendent une grande variété d’armes destinées aux corps armés comme aux civils : on ne dispose pas de statistiques précises sur le nombre d’armureries en France, mais selon les estimations, il y en aurait eu près de 800 en 2018, réparti à travers les départements du territoire français. Aujourd’hui, on peut trouver ou retrouver de nombreuses armureries en ligne. Leur interface permet de faire facilement votre choix en fonction des critères que vous vous êtes imposés. Vous pouvez parfois bénéficier de conseils à distance pour vous orienter dans votre choix. Même pour les armes de tir sportif et les armes de loisirs, il se peut qu’on vous réclame le scan de certains documents obligatoires lors de l’achat : un permis de chasse ou une licence de tir en cours de validité, selon la catégorie et la puissance de l’arme que vous désirez acheter ; et systématiquement, votre carte d’identité pour prouver que vous êtes bien majeur. Vous devrez ensuite déclarer votre arme à la préfecture.

Les carabines à plomb

Il existe 3 types de carabines à plomb, selon leur mode de propulsion. Comme toute arme à air comprimé, elle se sert de la détente d’un gaz pour expulser un projectile [en l’occurrence, du plomb pour carabine diabolo] de son canon :

La carabine à air comprimé mono coup. Il faut l’armer manuellement avant chaque tir. En abaissant son canon, en actionnant une pompe ou un levier, un mécanisme alimente une chambre de compression où l’air est stocké. En appuyant sur la queue de gâchette, une valve libère l’air comprimé, propulsant ainsi le projectile en dehors.

La carabine CO2 fonctionne de la même manière, mais le gaz est pré comprimé dans une petite bonbonne qu’on visse au châssis ou dans la crosse. Ce qui permet d’alimenter l’arme en pression pour une trentaine, voir une soixantaine de tirs. Plusieurs coups peuvent être tirés de manière successive, sans recharger [arme semi-automatique]. L’arme est par conséquent, munie d’un chargeur. Cependant, la puissance a tendance à diminuer lorsque la petite bonbonne se vide. Elle peut donc être munie d’un régulateur.

Il en est de même pour la carabine PCP. À la différence qu’au lieu d’utiliser une bonbonne de CO2, elle dispose d’un réservoir d’air comprimé intégré à son châssis, placé en dessous du canon. On peut la recharger grâce à un compresseur, une bouteille de plongée ou avec une simple pompe à main. Comme l’arme à CO2, elle est semi-automatique et peut offrir la possibilité de tirer en rafales. Elle permet de tirer près de 150 coups avant de devoir être rechargée. Sa puissance, combinée à sa cadence de tir fait d’elle une arme efficace dans les épreuves de tir dynamique.

Pour débuter

Selon l’usage que vous comptez faire de votre arme (bien entendu, en restant dans la limite de ce qui est légal !), vous en prendrez une plus ou moins puissante. Le besoin en puissance est principalement déterminé par la distance de la cible par rapport à l’endroit où vous tirez. Si vous débutez, une carabine à plomb en entrée de gamme d’une puissance inférieure à 10 joules vous suffira déjà amplement. Vous serez essentiellement amenés à tirer à une distance de 10 mètres (distance minimale dans les disciplines du tir sportif), en mode statique. Pour cette puissance, votre fusil aura une distance de tir de 15 à 18 mètres se servir d’une arme puissante serait donc inutile. Le tir à 10 mètres entre dans le programme d’initiation des débutants, leur permettant de s’habituer en douceur au maniement, à la manipulation d’une arme et au tir sportif. Il faut savoir qu’une arme doit être désassemblée fréquemment, tant dans le cadre de son entretien que dans le cadre de son transport (conformément aux dispositions prévues par la loi).

Pour accompagner vos progrès

Une carabine à plomb d’une puissance comprise entre 10 et 20 joules vous procurera de bonnes sensations tout en accompagnant votre progression, sans pour autant vous ruiner. En effet, une telle arme a une distance de tir pouvant aller jusqu’à 30 mètres. L’achat d’une arme d’une puissance inférieure à 20 joules ne demande pas de licence de tir ni de permis de chasse, ce qui simplifie son acquisition. En revanche, la présentation d’une carte d’identité est exigée, car la vente est interdite aux mineurs (sauf pour les armes d’une puissance inférieure à 0,08 joules, considérés comme des jouets).

Lorsque vous vous sentirez plus expérimenté, vous pouvez envisager l’achat d’une carabine à plomb 20 joules. Cela nécessitera la présentation d’une licence de tir ou d’un permis de chasse en cours de validité. En effet, une arme plus puissante demande un niveau de maîtrise et vigilance plus élevé, que vous aurez certainement l’occasion de prouver à ce stade, moyennant votre licence de tir. Dépasser la barre des 20 joules marque d’une certaine manière votre « passage dans la cour des grands ». Certaines carabines à plomb peuvent même atteindre des performances balistiques qui n’ont rien à envier à celle de certaines armes à feu, tout en restant plus silencieuses.